Imprimer

Entretien avec Nicole Dron, 45 secondes d’éternité

on .

« Je sais qu’au bout du chemin, on se reverra ! »

 

ndron

 

En 1968, alors qu’elle subit une intervention chirurgicale, le cœur de Nicole Dron s’arrête. Pendant ces 45 secondes d’éternité, titre de son ouvrage éponyme, les médecins la croient perdue. Et pourtant ! Ce que le corps médical ignore, c’est que durant ce laps de temps, Nicole Dron est confrontée à l’expérience la plus forte, la plus intense de son existence, si bouleversante qu’elle mettra dix ans à en parler à ses proches. « L’âme » de la jeune mère de famille quitte en effet son enveloppe charnelle pour être guidée vers le grand tunnel de lumière tant de fois évoqué par les personnes ayant vécu une EMI [expérience de mort imminente, aussi nommée NDE, ndlr]. Amour avec un grand A, perception de l’univers, vision du monde d’hier et de demain, rencontre avec son frère disparu… Pour Nicole, notre passage terrestre n’est qu’une étape nécessaire avant de rejoindre une dimension bien plus spirituelle. Pour Agents d’entretiens, Nicole Dron revient sur ce moment d’éternité qui guide encore sa vie plus de quarante ans après.


Étiez-vous croyante lorsque vous avez vécu votre NDE ?
J’ai été élevée au sein d’un environnement familial qui baignait dans la religion catholique. Mes parents désiraient que nous ayons des valeurs religieuses mais, pendant mon enfance, je n’avais que la foi du charbonnier. Pourtant, le côté métaphysique de la vie m’attirait déjà. La perte d’un petit frère, alors que j’étais âgée de 11 ans a approfondi douloureusement ma quête et la réponse à des questions telles que  : Est-ce qu’il vit toujours ? Où est-il ? Pourquoi y a t’il tant de souffrance dans le monde ? À quoi cela sert-il de vivre si l’on doit mourir un jour ? Tout cela s’est avéré primordial. J’avais un grand besoin de connaissances, besoin qui est resté inassouvi jusqu’à cette expérience qui a fait basculer ma foi primaire en une merveilleuse certitude. Désormais, je ne crois plus, je sais…

 

La religion est-elle selon vous dans le vrai lorsqu’elle évoque la vie éternelle après la mort ?
C’est évident ! J’ai pu constater, après mon dernier battement de cœur, que je continuais à vivre. Pour moi, il n’y a pas de mort, la vie se poursuit dans une autre dimension et peut-être même sur terre. Par contre, j’ai pu me rendre compte qu’on ne se relevait pas d’entre les morts le jour du jugement dernier, de la  résurrection finale, comme il me l’avait été enseigné au catéchisme. Non, c’est tout de suite après l’arrêt de mon cœur que je me suis sentie plus vivante que jamais.

 

À titre personnel, que pensez-vous qu’il y ait après la mort ?
Si je me réfère à mon expérience, tout de suite après cet arrêt cardiaque, alors que j’étais « allongée sans vie  » sur la table d’opération, j’ai entendu le chirurgien dire : « Elle me pète entre les mains » (ce qui m’a été confirmé un mois après par une infirmière ayant assisté à mon opération.) Pendant ce temps, ce qui est moi, mon essence, mon être profond, disons mon être spirituel était à la hauteur du plafond, parfaitement vivant et conscient. Je me rappelle avoir éprouvé un sentiment incroyable : Celui de vivre en dehors de mon corps. J’étais l’habitante de mon corps ! Ce corps spirituel avait d’autres facultés que celles détenues par mon corps physique. J’avais la capacité de voir de tous les côtés à la fois, d’entendre, mais surtout de percevoir les pensées des gens, de traverser la matière… Ensuite, je me suis trouvée dans un abîme de ténèbres, de silence et propulsée à toute vitesse à travers un tunnel vers une lumière merveilleuse, tellement vivante… L’entrée dans cette lumière a été le plus beau moment de ma vie. J’y ai revu mon frère et cela a été une rencontre inoubliable. Un être que je n’oublierai jamais m’a posé ces deux questions si simples mais si exigeantes à la fois : « Comment as-tu aimé et qu’as-tu fait pour les autres ? » En  sa présence, toute ma vie s’est déroulée, avec ses beautés bien sûr, mais aussi ses faiblesses et ses manques. Toute ma vie était évaluée par rapport à ce qu’elle aurait dû être si j’avais toujours agi avec amour et sagesse. Ce n’était pas un jugement impitoyable, mais une prise de conscience de ce qui m’éloignait de l’amour. Des révélations sur la nature de « Dieu » (on me disait qu’Il était la Force, le Mouvement et la Vie), sur le passé et le futur de l’humanité m’ont été accordées. Je me rappelle avoir visité plusieurs « plans », mais il m’est très difficile de trouver les mots pour décrire tout ceci. Bref, en ce qui me concerne et d’après cette expérience, je peux dire que ce qu’il y a après la mort, c’est la vie, la connaissance et l’amour.

 

Avez-vous expliqué immédiatement aux médecins et à votre entourage ce que vous aviez vécu lors de votre NDE ?
À mon réveil, j’ai eu à gérer une souffrance physique très grande. Dès que cela a été possible, j’ai, bien évidemment, désiré partager mon expérience avec les médecins, mais j’étais consciente que ceux-ci ne me croiraient pas, puisque je n’avais aucune preuve concrète à leur apporter. À défaut de compréhension, j’ai toujours senti que je devais protéger cette expérience qui, pour moi, est sacrée. Je prenais conscience qu’elle était incroyable et remettait en question bien des idées reçues. J’ai mis dix ans avant d’en parler autour de moi, même à mon mari et à ma famille et cela a été la cause d’une grande souffrance. À cette époque, je ne connaissais personne ayant vécu ce genre d’expérience et je ne voulais pas que le scepticisme qui régnait alors envers ces phénomènes ne salisse ce que j’avais de plus précieux. Toutes les valeurs de ma vie ont été modifiées suite à cette expérience. Je me suis intéressée à des sujets nouveaux tels l’énergie, le temps, l’espace, la conscience, les grands cycles de l’humanité, l’anatomie spirituelle de l’homme et me suis mise à dévorer, plus ou moins secrètement, les ouvrages traitant de ces sujets. Je voulais absolument comprendre ce qui m’était arrivé. Plus tard, je me suis confiée à mon mari qui, sans être hostile pour cela, a été très dubitatif et m’a dit : « Tu ne crois pas que ce n’est qu’un rêve ? » Il a fallu que certains évènements qui m’ont été montrés au cours de cette expérience (tel le décès de 3 membres de notre famille dont 2 à trois semaines d’intervalle) s’actualisent dans notre vie pour que mon mari s’interroge. Nous avons été, hélas, formatés par notre milieu familial, social et religieux et je sais que mes propos risquent de bouleverser les connaissances établies. Faut-il pour autant garder le silence ? Non, je ne le crois pas ! En ce qui me concerne cela reviendrait à me renier… J’ai toujours su que cette expérience devait être offerte et partagée pour réconforter toutes les personnes ayant perdu un être cher et pour servir de matériau aux scientifiques ouverts et désireux de l’étudier. Je me réjouis actuellement de tout le chemin parcouru et remercie toutes les associations et les scientifiques ayant contribué à la reconnaissance de cette expérience. Il a fallu du temps, bien sûr, mais je me rappelle que mon frère m’avait dit, avant que je ne réintègre mon corps, de ne pas parler de cette expérience avant 17 ans (donc pas avant 1985) car elle risquait d’être considérée, par les milieux scientifiques, comme un traumatisme consécutif à un choc opératoire. Je connais une « expérienceur » qui a vécu une NDE en 1974.  Elle m’a confié qu’on lui avait conseillé d’attendre 11 ans (donc également jusqu’en 1985) avant d’en parler. Peut-être que « l’Au-Delà » savait que tout ce temps était nécessaire à une évolution des consciences….

 

Vous parlez d’une sensation d’amour lors de votre NDE. Vous pouvez nous donner des précisions ?
C’est plus que ça ! Cela n’a rien à voir avec cet amour que l’on vit sur Terre. Même l’amour maternel qui, à mon sens, est l’amour le plus altruiste que puisse éprouver un être humain, est plus ou moins entaché de possessivité, d’égoïsme et de jalousie.  Mais quand on entre dans la lumière, on est immergé dans un océan d’Amour pur, un amour qui s’offre et qui ne demande rien, un amour qui vous comble et vous restaure. J’appelle cela un Amour Soleil. J’ai, non seulement ressenti de l’amour, mais, par une espèce d’osmose, je suis devenue cet Amour. J’étais l’Amour et la Vie et cela, je ne pourrai jamais plus l’oublier. Cette fusion constitue le cœur de mon expérience. Je sais désormais que l’Amour est le secret de la vie.

 

Comment appréhendez-vous la mort aujourd’hui ?
Il y a la mort en général : Celle de mon entourage. Elle m’affecte toujours autant. Je suis humaine moi aussi et la présence de ceux que j’aime me manque beaucoup. Mais, d’un autre côté, je n’ai plus la désespérance de toutes ces  personnes qui se disent : « Plus jamais, on ne se verra plus jamais. » Je sais qu’au bout du chemin, on se retrouvera ! Et cela change tout ! Concernant ma propre mort, je la vois comme une amie. J’appréhende bien sûr les circonstances qui précéderont mon départ : La souffrance, la dépendance, la sénilité. Je ne voudrais pas devenir un légume pour moi e  mes enfants. Mais je sais que la vie continue…Par contre, depuis cette expérience, donc depuis mes 28 ans, ma vie a été motivée par le désir profond de vivre vrai, de cette vérité qui est bien au-delà des lois sociales et religieuses conventionnelles, mais qui s’apparente plus à l’éthique universelle. Je tiens néanmoins à préciser que, si je me réjouis de retrouver un jour la Lumière, jamais je ne précipiterai pour autant le moment de la rencontre car je sais que la vie est un don de Dieu pour évoluer et accomplir la mission que nous avons acceptée avant de naître.

 

Comment avez-vous abordé la vie après cette expérience ?
Il y a eu toutes ces années difficiles, toutes ces années de silence où je craignais d’en parler de peur d’être considérée comme une illuminée dans le mauvais sens du terme. Et puis, j’ai osé être moi-même et vivre vrai. Il y a eu toutes ces années d’intégration (et cela dure toujours) pour essayer de vivre au quotidien les valeurs perçues « de l’autre côté. » C’est une chose de voir la lumière, autre chose est de la réaliser en soi. Ce n’est pas facile, aussi, de maintenir l’équilibre et l’harmonie dans son couple et la stabilité chez ses enfants. Il nous a fallu à tous beaucoup d’amour et de patience et je ne remercierai jamais assez mon mari pour avoir accepté d’être dérangé. Je me demande quelle aurait été ma vie si je n’avais pas vécu cette expérience ? Certainement beaucoup plus superficielle. Il est vrai qu’elle a désormais un sens et un but : Celui d’évoluer vers la conscience et vers l’amour. Le fait d’avoir vu que notre vie terrestre n’était qu’une phase transitoire dans la progression de l’âme m’a beaucoup aidée à mieux accepter les injustices et les souffrances de l’humanité, tout en l’aidant le mieux possible. J’ai appris aussi à ne plus juger les faiblesses des autres car je sais que nous sommes tous en devenir. J’ai pris conscience également qu’il n’y a qu’une seule religion, celle de l’Amour, celle qui est au cœur de chaque être humain. Et puis surtout, cette expérience m’a permis de n’attacher qu’une importance toute relative aux possessions matérielles. Je sais désormais que le but de ma vie n’est pas uniquement d’acquérir avoir, savoir et pouvoir. Ce n’est pas « l’avoir » qui est primordial dans la vie, mais « l’être », c’est-à-dire réaliser en soi cet état de plénitude vécu pendant l’expérience. Je sais que quand nous quitterons ce monde, nous laisserons tout. C’est notre être intérieur qui sera riche ou pauvre suivant les choix que nous aurons fait.

 

Vous dîtes que votre « âme » a quitté votre corps. Vous avez pu alors traverser les murs pour rejoindre votre mari qui se situait dans une salle d’attente. Pouvez-vous en quelques mots nous retranscrire ces sensations ?
J’ai pu constater que notre enveloppe charnelle sur la Terre n’était que la partie la plus matérielle de notre être réel. Lorsque j’étais sur la table d’opération, je me suis élevée dans un corps plus subtil, capable de traverser la matière. Alors que je voyais mon corps cadavérique sur la table d’opération, j’ai pensé à mon mari qui m’avait dit m’attendre dans la salle d’attente de l’hôpital et, instantanément, je me suis retrouvée près de lui. Je n’ai pas eu le temps de penser à ce qui m’arrivait. J’ai seulement pris conscience de traverser les murs, sans me heurter à eux, comme s’ils étaient faits de brume et je me suis retrouvée dans la salle d’attente que je ne connaissais pas, Dans cette salle d’attente, il n’y avait ni banc, ni chaise, ce que mon mari m’a confirmé plus tard. J’ai essayé de me manifester à lui, en vain. J’éprouvais comme une sorte de désespérance de ne pouvoir communiquer avec lui mais je savais tout ce qu’il pensait.

 

Quelle est selon vous cette lumière, qu’évoquent certaines personnes ayant vécu une NDE, et que vous avez vue distinctement ?
Au départ, j’ai évolué, peut-être pendant quelques fractions de secondes, dans un abîme de ténèbres, de silence. Là, je n’ai pu m’empêcher de penser : « Ça y est, ma fille tu es morte ! », mais mes pensées étaient plus lucides et pénétrantes que jamais et je vivais ! Au loin, j’ai vu une lumière. Plus je m’approchais d’elle, plus elle grandissait et plus une joie inouïe me pénétrait. Et je suis entrée dans cette Lumière… Et là, il n’y a plus de mots ! Comment parler de la lumière, il faut la vivre ! C’est une substance splendide, vivante, irradiante, d’une pureté incroyable. C’est aussi une paix infinie. En elle, je n’avais plus conscience du temps et de l’espace mais d’Etre. Je prenais conscience que j’étais éternelle, que j’avais toujours vécu et que je vivrai toujours et qu’il n’y avait que la Vie… C’est un moment indescriptible et le seul fait de penser au mot Lumière, même après 43 ans, m’émeut toujours au plus haut point, parfois jusqu’à en pleurer, tant son souvenir est resté intense. Aucun mot ou concept humain ne peut décrire et expliquer cette Lumière. C’est une substance d’amour que certains pourraient appeler Dieu ou l’émanation de Dieu ou l’Energie du monde. Qu’importe les mots !  Je ne cherche pas à l’analyser. Pour moi, elle est la Lumière et tout est dit.



Votre ouvrage retraçant votre expérience se nomme 45 secondes d’éternité. Le temps s’arrête donc après la mort ?
Bien sûr, du moins le temps tel qu’on le conçoit sur terre ! Je suis persuadée que ce sont les physiciens ouverts qui sont le plus près d’une telle réalité. On m’a dit que mon cœur s’était arrêté pendant 45 secondes (avec électrocardiogramme plat), mais je ne peux dire si l’expérience en elle-même a duré 45 secondes ou s’est prolongée jusqu‘à mon réveil. J’étais dans un autre temps, un autre espace. Plus exactement, il n’y avait plus de temps ni d’espace. Tout était là dans un instant qui dure. Imaginons une rivière de quinze kilomètres de long qui se jetterait dans la mer. Il faudrait un certain temps, à un être humain qui marcherait sur ses berges, pour aller de sa source à son embouchure. Pourtant, un avion, qui volerait à haute altitude, verrait à la fois la source, la rivière, l’embouchure et la mer. Il verrait la réalité telle qu’elle est car tout est là, elle n’est pas fragmentée. Pendant cette expérience, j’étais un peu l’avion. Je suis entrée dans l’éternité car tout était là et je percevais tout à la fois. L’éternité peut aussi se comprendre comme un état de plénitude, d’allégresse, c’est l’état de notre être profond. Il m’est quelquefois demandé : « Mais si vous n’aviez pas eu de billet de retour, si vous étiez morte, que vous serait-il arrivé, où vous trouveriez-vous ? » Je pense que je me trouverais dans la demeure (ou l’état vibratoire) qui correspond à ce que je suis vraiment, à mon état d’évolution. Tant il est vrai qu’on ne peut rester dans la lumière qu’en étant devenue soi-même lumière.

 

Comment votre « âme » a-t-elle regagné votre corps ?
Si je ne me rappelle pas comment je suis « sortie de mon corps », je me souviens parfaitement comment je l’ai réintégré : En passant par ma tête (la fontanelle pour être précise) et je m’y suis glissée, comme dans une chaussette. Quelque part, ce fut un drame : Fini la plénitude, la liberté, le fait de me sentir un et tout à la fois. À mon réveil, j’avais dans les oreilles une musique sublime, d’une grande amplitude, qui me faisait fondre d’amour. J’ai essayé plus tard de la retrouver en écoutant de la musique sacrée et classique. En vain ! La musique s’est éloignée, mais à l’arrière plan, il y avait un accomplissement, une paix infinie et une connaissance que j’aurais toujours voulu garder en moi, toujours. Mais la douleur s’est réveillée et toute la profondeur de l’expérience s’est estompée. Je n’en ai ramené qu’une infime partie, que des miettes. Pourtant, ces miettes m’ont donné le désir irrésistible de la retrouver et de la comprendre et sont à l’origine d’une quête qui, je le pense, durera toute ma vie.

 

Vous comprenez que certaines personnes soient néanmoins sceptiques concernant vos dires ?
Je le comprends parfaitement car, si je n’avais pas vécu cette expérience, j’aurais certainement eu du mal à l’accepter. Il est normal et sain que le domaine scientifique s’interroge et se penche sur ces phénomènes avec prudence et rigueur. C’est le propre de la science. Mais un parti pris évident me dérange, il va à l’encontre de l’esprit scientifique qui est d’étudier, avec neutralité, tout ce qui est. Je pense aussi  qu’on ne peut étudier cette expérience sans se pencher sur l’aspect « conscience » de l’être humain. C’est une expérience de la totalité de notre être. Quant à moi, je reste très humble. Je n’ai ramené que quelques bribes, quelques miettes de cette immense expérience. Elle est infiniment plus grande que tout ce qu’on peut imaginer et bien au-delà de nos concepts humains, aussi, j’ai conscience de mes limitations et je ne prétends aucunement détenir la vérité. Mon but n’est pas d’imposer à quiconque cette expérience ni la compréhension que j’en aie.  Il est du domaine de la science éclairée par la spiritualité d’apporter peut-être un jour des réponses. Mon but est simplement de vous l’offrir…

 

45  secondes d’éternité  :  mes souvenirs de l’au-delà par Nicole Dron,  éd.  Kymzo

 

Photo : copyright Thierry LOPEZ

 

Propos recueillis par Nicolas Valiadis

 

Je dis que le tombeau qui sur les morts se ferme

Ouvre le firmament,

Et que ce qu’ici-bas nous prenons pour le terme

Est le commencement

Victor Hugo

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Commentaires   

 
#25 Dominique D 17-01-2014 10:18
Bonjour Nicole,

Croyant en la réincarnation tout en ayant conscience qu'il existe aussi d'autres dimensions ("il y-a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père" Jean 14,2), je pense que certaines personnes que nous avons connu dans notre pécédente incarnation se sont sûrement déjà réincarnés ou vivent dans une autre dimension.

Je pense aussi que le "mal" que nous avons pu commettre au cours de notre vie est expié après la mort par un processus de purification de l'âme (purgation) qui est plus ou moins long selon le mal que nous avons fait dans notre précédente existence terrestre.
Puis, nous devons parfois revenir dans un nouveau corps afin de nous améliorer.

Mais, comme seul le présent existe, cette purification peut aussi se faire ici et maintenant !

Nous avons donc la possibilité, d'incarnation en incarnation, de nous améliorer afin d'incarner notre propre divinité.

Le but de la transmigration de l’âme étant d’atteindre la maturité spirituelle afin d'incarner le divin (l'esprit de Sainteté, l'illumination) et de pouvoir aider Dieu dans sa création.
 
 
#24 Cedric 16-01-2014 12:37
Bonsoir Nicole,

J'ai lu votre récit avec beaucoup d'émotions.
Je souhaitais vous poser une question. Vous dites que l'on peut rencontrer des gens que l'on a connu sur terre(votre petit frère dans votre cas) mais vous dites aussi que l'on serait renvoyé sur terre tant que nous ne sommes pas prêt. Cela sous entend que l'on aurait a chaque fois une famille differente non? Je dis peut être une bêtise mais lors de votre EMI vous auriez très bien pu rencontrer des membres d'une précédente famille. Ce point ci n'est pas très clair.
Je suis actuellement en plein doute, je me dis que s'il n'y a rien apres la mort c'est bien triste, on ne reverra plus les gens que l'on a aime. Mais j'ai fait des etudes scientifiques et du coup j'ai besoin de preuves or on n'en aura jamais, ce qui me torture.
Je vous remercie par avance pour votre aide et vous souhaite une bonne continuation.
 
 
#23 Nans 11-12-2012 21:50
Bonsoir Nicole! Je tenais à vous remercier sincèrement pour votre courage : vous parcourez la France pour faire découvrir votre incroyable NDE. J'ai acheté et lu votre livre, j'y ai trouvé des trésors et une force. Lorsque vous parlez de l'Être de Lumière avec autant d'émotion, cela me touche et me remplis de joie. MERCI!

J'ai une question : vous dites avoir eu la révélation que le christ, bouddha et mahomet travaillent ensemble à la régénération de la terre. Comment cette révélation vous est-elle parvenue? Avez-vous eu une sorte de vision de ces 3 personnages majeurs de l'histoire?

Je prie fréquemment pour vous, pour la réussite de votre apostolat en tant que "témoin" du Dieu d'Amour, cet amour qui se donne sans rien demander en retour.
Amicalement,
Nans.
 
 
#22 NICOLE B 02-11-2012 19:00
Bonsoir Madame, grâce à votre témoignage on peut ressentir tant d'Amour vrai , merci pour ces moments précieux que vous partagez! Je lis depuis quelques années les Livres d'Allan Kardec qui sont à mon avis indispensables pour la compréhension de notre raison d'être, et que je conseille vivement à ceux qui ne le connaissent pas encore. Je suis avec interêt les comptes-rendus des réunions spirites de Brigitte Plouy et ses amis que je remercie aussi. Concernant les scientifiques, ils devraient être les premiers à croire en Dieu chaque fois qu'ils découvrent quelque chose de nouveau, car il y a tellement d'intelligence en tout (et on est loin d'avoir tout découvert) que ça me paraît une évidence! Ceci dit, je dois bien reconnaître qu'il n'est pas facile d'aimer pleinement face à certaines situations et que c'est justement là qu'est l'apprentissage d'aimer, et pour certaines personnes il est facile de comprendre la nécéssité de plus d'une vie pour y arriver. Nicole du Var
 
 
#21 ROBERT 16-06-2012 11:35
Merci Nicole d'avoir bien voulu répondre à ma question. Je comprends que la connaissance universelle dans laquelle les experiencers baignent lors de leur NDE ne peut-être retenu dans un cerveau humain, tout comme une gouttelette d'eau ne peut contenir la mémoire complète des océans. Dans une vidéo nommée : "NDE complète" de Nicolas, ce fait est dit de la façon simple et directe : "je pense que je ne pourrais pas vivre dans ce monde avec toute cette connaissance ..."
Je retiens de tout cela que nous avons des comptes à rendre, que la mort nous rassemble et que la vie a une grande valeur éducative, apprendre à aimer n'est pas toujours chose facile mais que c'est la solution a tous nos problèmes.. Merci encore Nicole de nous ouvrir une porte sur cet inconnu qui nous attend tous .
 
 
+1 #20 Dron Nicole 07-06-2012 00:50
Bonsoir Céline,
Je compatis à votre souffrance. Je ne peux, en quelques mots, répondre à vos questions mais je peux vous certifier que ce petit enfant a été attendu par ceux qui l'aimaient et rejoint par son grand-père. Je vous conseille de lire mon ouvrage (que j'ai écrit pour aider les personnes en deuil) Vous y trouverez, je l'espère, beaucoup de réponses à vos interrogations. J'y évoque les signes qui m'ont été envoyés, et fais référence à des personnes ou des associations sérieuses qui communiquent, (par le biais de la transcommunicat ion instrumentale), avec nos défunts. Je signale aussi des ouvrages qui pourraient vous accompagner dans votre recherche.
Sans aucunement faire de la publicité, mais simplement pour soulager votre souffrance, je vous signale deux petits livres capitaux : "L'Aube se lève", d'Aigle Blanc (Partage) et "Développement spirituel". Dans le 1er, page 65, vous verrez ce qui arrive à un jeune enfant lorsqu'il arrive dans l'au-delà.
Amitiés
 
 
+2 #19 Dron Nicole 07-06-2012 00:02
Bonsoir Robert,

Merci de votre mail.
Comme j'aimerais satisfaire votre curiosité sur Jeanne d'Arc, mais je ne le puis car, même si je me rappelle avoir reçu un tas d'informations sur sa vie, je ne me rappelle plus exactement le contenu de ces informations. Je n'ai ramené d'elle que le souvenir de sa valeur et je sais qu'elle a une grande dimension spirituelle. Je conçois que ce soit très frustrant pour vous. Cela l'est également pour moi qui reste sur ma "faim". Et je m'interroge : peut-être est-ce le transfert de la grande Conscience (dans laquelle j'ai baigné) à celle de ma conscience humaine qui est à l'origine de cette grande perte de données ? Je le crois car la conscience humaine est beaucoup plus "dense", beaucoup plus opaque et limitée que la conscience universelle. Je n'ai ramené que des miettes et je le déplore...
Avec toute mon amitié
 
 
#18 Céline 06-06-2012 14:23
Bonjour,
Aujourd'hui je suis en plein questionnement : quand un enfant de 2 ans et demi décède accidentellemen t que se passe-t-il.
Son grand-père est décédé deux jours après lui est-ce pour l'accompagner dans l'au delà ?
Les défunts peuvent-ils nous envoyer des signes ? Pourquoi ne pourrions nous pas vivre avec eux, communiquer avec eux pourquoi ne pas Dieu ne se manifest-il pas à nous, cela règlerait tant de choses ... ?
Excusez moi pour toutes ces questions en vrac, je suis en souffrance et je cherche des réponses. Amicalement.
 
 
#17 ROBERT 16-05-2012 14:53
Nicole,
merci pour votre fabuleux voyage dans l'après vie terrestre. J'ai toujours eu le sentiment que la vie est éternelle mais sans jamais comprendre pourquoi, votre témoignage m'éclaire un peu, merci !
Pouvez-vous vous rappeler ce que l' "on" vous a dit sur Jeanne d' Arc ?, les voix ont-elles vraiment aidé Jeanne au moment de son procès ?
Je vous embrasse.
 
 
#16 catherine guyonneau 20-02-2012 12:01
je viens de lire votre Nicole et j'ai été touchée par votre message de paix et d'amour que l'on y ressens , je crois aussi à la survie de l'âme , à l'au-delà , je reçois des signes de ceux qui veillent sur moi et j'essaie tout comme vous de donner de l'amour autour de moi autant que je peux et profiter des bons moments car la route est longue pour arriver à la sérénité avant de rejoindre ceux qui nous ont devancés.

Un grand Merci pour votre courage , pour avoir écrit ce livre.

je vous embrasse

Catherine
 

Copyright

Tous les droits de reproduction et de représentation sont réservés. Propriété exclusive de « agents d’entretiens. ». L’utilisation, la reproduction, la transmission, modification, rediffusion ou vente de toutes les informations reproduites sur ce site  ou partie de ce site sur un support quel qu’il soit, ou encore la diffusion sur tout autre site Internet par le biais d’un quelconque hyperlien, groupe de discussion, forum ou autre système ou réseau informatique que ce soit, et ce dans le cadre d’une utilisation à caractère commercial ou non lucratif sont formellement interdites sans l’autorisation préalable et écrite de « agents d’entretiens.. ».

UA-17706764-1
DLE 9.6 DLE   UCOZ  joomla!